Les classes créatives de Richard Florida

ee

Une nouvelle manière de penser la cité
La créativité et la qualité de vie dans une ville sont des notions délicates à mesurer, tout comme son énergie qui séduit les nouveaux habitants. Pourquoi choisir de vivre dans une ville plutôt que dans une autre ? Qu’est-ce qui fait qu’une ville est perçue comme créative ? Faut-il remiser la ville créative sur les étagères des concepts à la mode ?
La notion de ville créative est un cocktail aux ingrédients subtils et au dosage savant. Le succès d’une ville ne repose en effet jamais sur la même combinaison tant il est vrai que son charme échappe à la rationalité et à la fonctionnalité. Il résulte en fait d’une alchimie compliquée où les individus – dans leur diversité – sont aussi importants que la liste sans fin des atouts dont la ville en question peut s’enorgueillir.
Pour certaines villes, la créativité réside dans leurs activités économiques (création d’emploi, présence d’industries de taille internationale, réseau de PME, gares et
ports importants...), d’autres revendiquent une certaine richesse culturelle (la renom- mée d’une université, des bibliothèques, des théâtres, des musées, un patrimoine vivant), le tout dans une ambiance agréable (des commerces, des restaurants et des cafés, des parcs, des manifestations cultu- relles régulières...).
« Ville-monde », « ville-globale », « capitale culturelle », « destination touristique re- cherchée », « ville d’exposition branchée ». Les qualificatifs abondent dans cette nou- velle surenchère entre métropoles, toutes se voulant attractives, choisies, choyées.
Source : Revue de la Politique Fédérale des Grandes Villes

En 2002, le géographe américain Richard Florida, spécialiste en aménagement urbain, introduit dans un ouvrage le concept de « classe créative ». Selon lui, une ville créative fonde son développement économique sur base de membres d’une classe qu’il définit comme des personnes engagées dans un travail créatif à haute valeur ajoutée. Parmi cette classe, il distingue le « creative core » (noyau créatif) : individus engagés dans un processus de création (scientifiques, artistes, chercheurs, architectes…) et les « creative professionnals » (professionnels créatifs) : individus résolvant des problèmes complexes comme les médecins, les juristes, les avocats, les techniciens du spectacle…
Pour reconnaître une ville créative, Florida se réfère à la règle des 3 T : Talent, Technologie et Tolérance. Si les deux premiers termes sont facilement compréhensibles, le troisième se base sur la particularité d’un "Gay Index" ou d’un "Bohemian Index", qui est censé mesurer l’attractivité d’un quartier ou d’une ville à partir du nombre d’artistes et d’homosexuels que l’on y trouve.

De la poule ou de l’oeuf :
Cet ouvrage " Raising of creative class" a encore un grand retentissement. De nombreux acteurs politiques ont fondé leur stratégie urbaine sur ces réflexions.
Cette notion de classe créative est pourtant fortement controversée et suscite de multiples développements et polémiques.
La classe créative fertilise-t-elle un territoire ou est-ce plutôt un territoire créatif qui attire la classe créative ? Au-delà de problèmes méthodologiques liés à la mesure de ces 3 T, le lien de causalité entre croissance économique et présence d’individus créatifs n’est pas clairement identifié. C’est tout autant le dynamisme économique qui attire les individus « créatifs » que l’inverse .

Une autre liste de la creative class :
Florida defines the creative class as consisting of two components. Firstly, the super creative core which includes scientists and engineers (including software programmers), university professors, poets and novelists, artists, entertainers, actors, filmmakers, designers and architects as well as (the thought leadership of modern society) nonfiction writers, editors, cultural figures, think-tank researchers, analysts and other opinion-makers (Florida, 2002, 69) . Secondly, creative professionals who work in a wide range of knowledge-intensive industries such as high-tech sectors, financial services, the legal and health care professions, and business management (people such as physicians, lawyers, managers, also technicians and others who apply complex bodies of knowledge).

@ Nous contacter


Découvrir les atouts de l’économie créative

Un seul site pour comprendre les atouts et les enjeux de l’économie créative : www.economie-creative.be. Vous y trouverez aussi des exemples concrets.

Front End of innovation

Chaque année, FEI ( Front End of Innovation) organise une série de conférences internationales. C’est Venise qui a accueilli l’édition de mars 2014. Le thème était Construire un écosystème pour conduire une création de valeur continue. Cette manifestation de haut gamme ( comptez 2.000€ de frais de participation hors trajet et hébergement) accueillait Alberto Alessi venu en voisin, le Business Model Canvas revisité par le Lego Serious Play animé par Per Kristiansen