les cités créatives vues par Charles Landry

ee

Une nouvelle manière de penser la cité
La créativité et la qualité de vie dans une ville sont des notions délicates à mesurer, tout comme son énergie qui séduit les nouveaux habitants. Pourquoi choisir de vivre dans une ville plutôt que dans une autre ? Qu’est-ce qui fait qu’une ville est perçue comme créative ? Faut-il remiser la ville créative sur les étagères des concepts à la mode ?
La notion de ville créative est un cocktail aux ingrédients subtils et au dosage savant. Le succès d’une ville ne repose en effet jamais sur la même combinaison tant il est vrai que son charme échappe à la rationalité et à la fonctionnalité. Il résulte en fait d’une alchimie compliquée où les individus – dans leur diversité – sont aussi importants que la liste sans fin des atouts dont la ville en question peut s’enorgueillir.
Pour certaines villes, la créativité réside dans leurs activités économiques (création d’emploi, présence d’industries de taille internationale, réseau de PME, gares et
ports importants...), d’autres revendiquent une certaine richesse culturelle (la renom- mée d’une université, des bibliothèques, des théâtres, des musées, un patrimoine vivant), le tout dans une ambiance agréable (des commerces, des restaurants et des cafés, des parcs, des manifestations cultu- relles régulières...).
« Ville-monde », « ville-globale », « capitale culturelle », « destination touristique re- cherchée », « ville d’exposition branchée ». Les qualificatifs abondent dans cette nou- velle surenchère entre métropoles, toutes se voulant attractives, choisies, choyées.
Source : Revue de la Politique Fédérale des Grandes Villes

Le sociologue britannique Charles Landry élabore dans les années 1990 l’idée qu’une ville créative doit développer en pré-requis une intégration systémique (catalyse) de la créativité dans la réalisation des projets de la cité. Et ce, en intégrant la culture au cœur des politiques publiques.
Il établit une méthode de planification urbaine fondée sur des facteurs qui forme un écosystème :
- la présence d’individus créatifs et de leaders,
- une volonté politique affirmée,
- une diversité de talents,
- une culture organisationnelle ouverte d’esprit,
- une forte identité locale,
- des espaces et des installations urbaines
ainsi qu’une organisation construite en réseau sur son territoire.

The concept of the creative city is all- embracing, emphasising the role of :
- Innovative high-technology enterprises
- The spheres producing cultural goods and services
- Networks for exchanging information and knowledge (between
individuals, enterprises and the public sector)
- Activity-based clusters, including creative ones
- The ties between business and institutions for producing and mediating
knowledge, e.g. universities and research establishments with close
connections between R&D and entrepreneurship
- Diverse built environments,
- Quality of public spaces
- Diverse opportunities for leisure,
- Entertainment and self-development that condition individual creativity
- An effective transport infrastructure
- General social cohesion (mechanisms for fostering participation and
greater involvement of the user/citizen)

@ Nous contacter


Découvrir les atouts de l’économie créative

Un seul site pour comprendre les atouts et les enjeux de l’économie créative : www.economie-creative.be. Vous y trouverez aussi des exemples concrets.

Front End of innovation

Chaque année, FEI ( Front End of Innovation) organise une série de conférences internationales. C’est Venise qui a accueilli l’édition de mars 2014. Le thème était Construire un écosystème pour conduire une création de valeur continue. Cette manifestation de haut gamme ( comptez 2.000€ de frais de participation hors trajet et hébergement) accueillait Alberto Alessi venu en voisin, le Business Model Canvas revisité par le Lego Serious Play animé par Per Kristiansen